• Pensées

    Nana fait sa pub.

    Il y a quelques semaines, la marque de protections hygiéniques Nana venait secouer la courte page de publicité de l’access prime time des foyers français. Pour se démarquer des spots classiques faisant l’apologie du fameux liquide bleu suintant d’entre nos cuisses, la marque a concocté une véritable ode à la vulve. Enveloppés d’une clameur fière, les plans suggestifs tantôt poétiques, tantôt volontairement maladroits et quelques fois délicieusement libidineux, s’enchaînent et s’affirment comme ambassadeurs universels de ce petit bout de chair injustement invisibilisé.  Les féministes applaudissent l’audace, les concurrents ruminent d’avoir rater le coche, certains ont les joues roses devant leur télévision, d’autres se gaussent mais saluent l’idée et d’autres enfin…

  • Pensées

    Appartenez-vous

    Bien sûr argent, succès et reconnaissance sociale restent ancrés comme désir et moteurs de nos actions mais un souffle rafraîchissant semble ébranler pour de bon cette fois les fondations vermoulues d’un capitalisme devenu obscène. Comment pourrait-on qualifier autrement un modèle sociétal qui pour quelques symboles facétieux est prêt à nier nos animalités et à perpétrer le crime ultime : la mise en danger irréversible de l’humanité toute entière ? La possession, une mise en valeur de l’humain Les acteurs pour qui la société d’hyper consommation est profitable ont intérêt à œuvrer pour un maintien de la simulation au sein de laquelle nous évoluons. Simulation d’un monde ne pouvant apparemment fonctionner sans des…

  • Pensées

    J’envisage de reprendre la clope

    Sur les applications d’aide à l’arrêt du tabac, on nous propose un certain nombre de raisons justifiant l’écrasement fatal de son dernier mégot et, censées écraser de leurs bienfaits à plate couture le plaisir de cette belle capricieuse de cigarette. Diminution des risques de maladies mortelles, amélioration des performances sportives et retrouvailles avec des sens si longtemps estropiés : en voilà pour tous les goûts. Ces petits bijoux de technologies (on a fait mieux certes mais je vous parle de métaphore ici) permettent de garder le compte sur les jours qui défilent sans cigarettes – comme si un fumeur, se rongeant un ongle par heure, n’avait pas un calendrier se rafraîchissant…

  • Pensées

    Féminisme, art, amis.

    Été, saison propice aux rencontres insolites comme on en fait peu. Été, pause de douceur et de délices où il fait bon vivre pour nos cerveaux encore tout embrumés de cumulus accumulés d’actualités moroses. Été, belle saison que l’on tente d’étirer à bout de bras dorés jusqu’à finir par se résigner à voir ce brûlant élastique tiré à bloc se rétracter violemment sur lui-même, laissant place aux striant barreaux de ces fameux mercredis pluvieux. Été, saison où l’on laisse son esprit vagabonder et se heurter doucement à d’autres pensant de manière heurtant parfois la raison mais, ne nous énervons pas, il fait trop chaud pour s’époumoner : sirotons un pulco ce…

  • Inspirations

    Une auteure étonnante

    J’ai découvert Virginie Despentes tardivement. Pour autant, j’ai littéralement dévoré une bonne partie de son oeuvre en très peu de temps. Une boulimie littéraire qui ne s’était plus emparée de moi depuis bien longtemps. Je pourrais vous vanter son style familier, son langage vulgaire anobli, sa capacité à endosser des univers et personnalités multiples: une schizophrénie lexicale savoureuse, ou encore son analyse fine et quasi anarchiste du monde. Sans jamais tomber dans un rejet social amer et ennuyant pour le lecteur, Virginie Despentes s’interroge et nous interroge à grand renfort de ressources théoriques – et pourtant jamais on ne la fera passer pour un de ces intellectuels déconnectés – le…

  • Pensées

    « Il y a deux sortes de français: les à-pieds et les en-voiture. » P. Daninos

    Voiture, bagnole, vago, carette, caisse, poubelle, titine. Pléthore de mots pour la qualifier, des centaines de références culturelles en rapport et très peu d’alternatives. Un monde sans voitures, pourtant l’une des importantes cause du réchauffement climatique est-il seulement envisageable à l’heure où certains militent pour conserver coûte que coûte son précieux breuvage à prix abordable ? Il ne s’agit pas ici de blâmer les personnes inquiètes de voir leur budget mobilité drastiquement augmenter – leurs préoccupations économiques et pratiques sont louables – mais de se pencher sur l’étoffe culturelle de la voiture et son impact insidieux et quasi indélébile sur l’esprit des conducteurs. Voiture passe droit vers la liberté Je n’ai…

  • Inspirations

    Madame Pompom Newton

    Effrontée, curieuse, intelligente, intrépide et subversive, Emilie de Châtelet a tout d’une figure idyllique, incarnant superbement l’indépendance féminine. Ayant joui d’une bonne éducation, son père, le baron de Breteuil, s’en est fait le fer de lance de sa transmission. Ainsi, il ne différencia pas ses fils de sa fille, surdouée, enjouée et inspirante qui devait se voir offrir un apprentissage des plus prestigieux.  Désirant savoir par dessus tout, Emilie s’enquit de nombreux domaines et activités, entre autres, l’équitation, la philosophie et la physique, qui restera sa vie durant son dada. Bienséance oblige et bien que très obstinée à conserver sa liberté chérie, elle épouse à 18 ans le marquis de…

  • Inspirations

    Selon la volonté du ciel

    D’une autre ère, Wu Zetien a marqué son époque puis a vu son souvenir s’engluer dans une lymphe pestilentielle de témoignages historiques frauduleux, malmenant son souvenir, le tiraillant comme un corps malléable selon les besoins du racontar. Je vous propose ici une modeste réhabilitation de cette femme étonnante à bien des égards.  Une tête bien faite pour une forte tête Née en 625 à Chang oun, capitale de l’empire Tang, notre héroïne se voit dispenser une éducation très complète et manie donc divers arts avec brio – poésie, écriture, chant entre autre – une spécificité qui orientera son destin. Favorite à 12 ans de l’empereur Taizang, elle deviendra des suites…

  • Pensées

    Le foot et ses signes

    La coupe du monde arrive à grands pas, annonçant son lot d’émotions, de visages rougis par l’adrénaline, flanqués de drapeaux. N’étant pas férue de football, je ne suis pas assidûment les matchs. Malgré cela, les compétitions internationales restent toujours des occasions de partage et de fédération auxquelles je me greffe volontiers. Aussi, je me suis questionnée sur cette spécificité footballistique: comment ce sport parvient-il à de telles prouesses unificatrices ? Pourquoi sa popularité devance celle de tous les autres sports au point où aucun ne tenterait de rivaliser ? Et surtout comment parvient-il à transformer les foules en des monstres bouillants et rugissants dont les déceptions peuvent avoir des impacts…

  • Pensées,  Uncategorized

    Etre exceptionnel ?

    Soyons honnêtes, nous souhaitons tous au fond de nous être un peu différent de la masse, avoir ce petit truc qui fera que l’on marquera les esprits, ce caractéristique précis qui nous conférera un rôle social original et distinctif. L’exception s’apparenterait donc à une volonté de chacun, et ce pour plusieurs raisons. En premier lieu, nous sommes influencés par un biais historique ne valorisant qu’exclusivement les personnes au destin exceptionnel en des termes élogieux et dénigrant parfois la masse métaphorisée en une entité suiveuse dépourvue de libre arbitre, sans qui pourtant rien ne prendrait l’ampleur suffisante à intégrer notre continuum historique. (Evidemment je caricature et grossi ici le trait pour…