Inspirations

« Derrière chaque grand homme il y a une femme »

Formule ô combien usée et qui aux premiers abords peut sembler valorisante et flatteuse pour la gent féminine quand elle prend en réalité bien garde à confiner la femme à un rôle secondaire, d’arrière plan.

Si l’on en croit cette phrase emblématique, la femme garde pour fonction principale celle de génitrice au sens propre et figuré, fournisseuse de mâles puissants et exceptionnels par la naissance dans un premier temps puis à travers l’écoute, le soutien infaillible, le conseil et la gestion de l’intendance, libérant ainsi l’homme de toutes contraintes matérielles afin qu’il puisse se consacrer à sa destinée.

Qu’en est-il en réalité ? Faut-il être un homme pour devenir acteur iconique de l’évolution sociétale ? Les femmes se sont-elles toutes docilement résignées pour servir et adoucir la vie de ces messieurs ? Sont-elles toutes restées prostrées dans l’ombre sans broncher ?

Tant de questions, sources de mon travail, que je me suis posées en feuilletant mes livres d’histoire et en réalisant amèrement la suprématie évidente des portraits masculins correspondant aux grands noms qui ont fait l’Histoire. J’étais en fait en confrontation direct avec l’effet d’invisibilisation historique dont ont été victimes de nombreuses femmes. Concept pervers, il se décline de plusieurs manières : soit la femme est tout simplement évincée du discours historique, soit son épopée semble tant improbable qu’on va remplacer son nom par celui d’un homme – communément nommé l’effet Mathilda – soit son souvenir sera déformé, déshonoré.

Consciente qu’aujourd’hui les femmes parviennent de plus en plus à se dégoter une place de choix dans les hautes sphères sociales – même si leur accession à ces titres est semée d’embûches dont les hommes n’ont pas à se soucier – je ne pouvais croire que les femmes n’étaient pas déjà créatives, battantes, revêches, curieuses et à l’origine de découvertes majeures avant l’émancipation du XXème siècle.

Une fois n’est pas coutume, je touchias là une chose bien réelle : en fouinant dans les méandres de sites spécialisés, en écumant les livres, en enchaînant les documentaires, de nombreux noms féminins finissent par faire surface : elles étaient très nombreuses à s’engager, créer, s’investir, chercher… Le fait n’est donc pas qu’il n’y a que trop peu de femmes extraordinaires qui jalonnent l’histoire de l’humanité ; l’absurde cause d’une histoire testostéronée est que pendant trop longtemps les historiens s’inscrivaient totalement dans une société patriarcale arrogante envers les femmes qui menaient à mal la virilité masculine en empiétant sur des secteurs habituellement investis par des hommes et en y excellant.

Je vous proposerais donc ici une série d’articles, typologie de femmes qui ont marquées leur époque et dont l’histoire m’a touchée, inspirée et stimulée pour tenter de réaliser de nombreux projets en mémoire de leurs combats.

V.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *